Le FEDER soutient HUMANIS

Description de l’opération :

En 2008, le collectif HUMANIS a été contraint à quitter les locaux occupés depuis sa création en 1996. Ces locaux, situés près de la gare dans des bâtiments de la SNCF, avaient été gracieusement mis à notre disposition durant près de 13 années, étant entendu que les seules participations qui ont été demandées par la SNCF étaient ceux de l’assurance, dans la mesure où la SNCF est son propre assureur.

Au fur et à mesure des années et du développement du collectif et des activités d’insertion, les locaux ont été aménagés, adaptés et embellis et ils étaiént peu à peu devenus le cœur d’un collectif d’associations, mais aussi de façon bien plus pratique, un lieu de rassemblement, d’échanges et d’appui aux porteurs de projets solidaires, qu’il s’agisse du secteur de l’Humanitaire comme celui de l’Insertion.

Ces locaux ont également permis le développement des activités d’insertion portées en direct par l’association, ceci à travers un chantier réparti sur plusieurs activités comme la logistique, l’informatique, le bâtiment…, activités qui emploient chaque année entre 55 et 65 personnes en difficultés socioprofessionnelles.

Ainsi, il â été décidé d’investir dans de nouveaux locaux, ceci dans l’objectif de bénéficier une fois pour toute d’un lieu pérenne, où les activités d’insertion d’Humanis ne seraient plus menacées par des aléas du type « foncier ». De plus, il semblait inimaginable d’envisager l’inscription dans une logique de location, dans la mesure où l’impact des loyers surie budget de fonctionnement aurait été près de quatre fois supérieur au montant du remboursement de l’emprunt qui a été contracté pour acheter les locaux.

Voilà pourquoi, des locaux ont été acquis au 7 rue du Héron à Schiltigheim (67300) en août 2008.

Cette acquisition offre à Humanis les moyens nécessaires pour maintenir sa vocation sociale et solidaire,tout en permettant de renforcer les réseaux et les synergies existants entre les différents acteurs de la solidarité. Il est indéniable que cette mutualisation des ressources (matérielles, humaines, techniques…) a été nécessaire à la survie et au développement du réseau associatif.

Toutefois, ces locaux devaient être aménagés et mis aux normes avant même de pouvoir envisager le déménagement.

Voilà pourquoi, dans le prolongement de l’achat, des travaux d’aménagement minimalistes ont été réalisés pour pouvoir déménager au plus vite. Une fois dans les locaux, une deuxième phase de travaux de mise aux normes et d’aménagement a été engagée, de sorte à être au plus proche des exigences en matière de norme.

Suite à la visite de l’inspection du travail, il en est ressorti qu’il faudrait réaliser des travaux de mise aux normes complémentaires, en particulier dans la partie des locaux destinées aux services de stockage et en l’occurrence sur les plates formes surélevées de stockage.

Suite à cette interpellation, une commission AD Hoc a été mise en place au sein de laquelle travaillent le Directeur, les chefs d’équipe concernés et deux administrateurs (Vice-Président et Trésorier), ainsi qu’un architecte bénévole.

Il s’agissait de savoir s’il ne fallait considérer que les travaux demandés par l’Inspection ou s’il ne serait pas plus pertinent d’intégrer en plus les autres travaux devenus nécessaires et/ou indispensables au fur et à mesure et à l’usage des nouveaux locaux acquis en 2008 et dans lesquels l’association est installée depuis 2010.

Eu égard à la lourdeur (au niveau politique et décisionnel interne,technique, financier…) qu’induit toute procédure de travaux et d’investissements où il y a des actions incompressibles à engager, qu’il s’agisse d’un projet de 50 K€ ou 300 K€, la commission a jugé qu’il était plus pertinent d’élargir la réflexion au-delà de la demande de l’Inspection, de sorte à engager une démarche il est vrai plus couteuse,mais plus durable aussi et assurément moins chronophage que s’il fallait prochainement engager une autres phase d’investissements.

Une fois le cadre fixé, il a fallu trouver des entreprises fiables et capables d’assumer les travaux nécessaires.

Objectifs recherchés :

  • Améliorer le fonctionnement de I’ACI à travers l’accueil et le cadre de travail des salariés en insertion, ceci à la fois au sein des ateliers de production, ainsi que dans les espaces de stockage où l’inspection du travail exige la mise aux normes des plates-formes de stockage.
  • Consolider l’appareil productif (informatique,logistique…).
  • Permettre aux clients du chantier d’insertion (prioritairement les associations solidaires et les structures de I’ESS) de bénéficier d’un appui administratif, technique et logistique pour mener à bien leurs projets,ceci dans des locaux adaptés et aux normes.
  • Permettre aux porteurs de projets solidaires de trouver un lieu d’incubation et de développement de leurs projets (au sein de la pépinière).
  • Renforcer l’ accès des locaux aux personnes handicapées.

Contribution aux objectifs du programme opérationnel :

Le projet vise à permettre à la structure de se maintenir et se développer dans de bonnes conditions.